Logo CAREA BLANC

Pubalgie du sportif, définition et traitement pour la soigner

Représentant plus de 10% des blessures du footballeur, et touchant plus de 50% des footballeurs sur leur carrière, la pubalgie reste la pathologie que beaucoup de sportifs redoutent.

D’origines variées, la pubalgie demande un examen clinique précis et de qualité par des spécialistes pour être bien diagnostiquée.

Voyons ensemble, la définition d’une pubalgie, ses symptômes, son traitement (préventif et curatif) et comment éviter la récidive.

Sommaire

Pubalgie des adducteurs / abdominaux : qu'est-ce que c'est ? et pourquoi cette douleur ?

anatomie-pubalgie-muscle-adducteur-ilio-psoas-grand-droit-abdominaux-os-pubien

La pubalgie est une pathologie caractérisée par des douleurs au niveau de la région pubienne. Elles se situent plus exactement au niveau de l’insertion des muscles adducteurs et muscles abdominaux sur la partie antérieure de chacun des os iliaque : le pubis.

La pubalgie touche majoritairement les hommes sportifs et jeunes qui pratiquent les sports suivants : football, basketball, rugby, hockey, handball, escrime, athlétisme et tennis. On la retrouve également chez la femme pratiquant la danse, l’athlétisme ou la gymnastique.

Elle peut cependant toucher les sportifs s’adonnant à d’autres disciplines sportives.

Trois types de pubalgie existent, et donc trois types de douleurs :

  • La pubalgie des adducteurs caractérisée par avec une douleur provenant de l’insertion des muscles adducteurs sur le pubis (tendinopathie, lésion).
  • La pubalgie pariéto-abdominale qui est dû à une faiblesse de la paroi abdominale couplée à une faiblesse pariétale, caractérisée par une douleur au niveau du pli de l’aine ou de la symphyse pubienne.
  • L’ostéo-arthropathie pubienne, provoquée par un traumatisme de choc ou des contraintes répétées au niveau de l’articulation du pubis qui souffre. On retrouve donc une douleur localisée au niveau du pubis.

 

Lors du diagnostic, il conviendra d’éliminer les douleurs provenant des régions à proximité du pubis, comme les lésions osseuses (rares), la tendinopathie du muscle droit fémoral, la tendinite du psoas ou bien encore une douleur de la hanche (articulation coxo-fémorale).

Les symptômes de la pubalgie, diagnostic et imagerie médicale

Les symptômes de la pubalgie des adducteurs

Lors d’une pubalgie des muscles adducteurs, la douleur se ressent dans la région inguinale (l’aine).

Généralement son apparition est brutale et déclenchée lorsque

  • la cuisse s’écarte alors que les muscles adducteurs sont encore contractés
  • l’échauffement n’a pas été réalisé de manière efficace

 

Lors de ce mouvement, une lésion des fibres tendineuses des muscles adducteurs se produit. La douleur est ainsi déclenchée par la suite dès que les muscles adducteurs se contractent ou sont étirés.

Les symptômes de la pubalgie pariéto-abdominale

Lors d’une pubalgie pariéto-abdominale, la douleur peut se ressentir :

  • au niveau du pubis (la partie osseuse au-dessus des organes génitaux)
  • au niveau de l’aine
  • face antérieure de la cuisse vers le testicule ou le périnée (pouvant laisser penser à un pincement du testicule)

 

La douleur peut être provoquée ou augmentée lors de la toux, une poussée des abdominaux ou une séance de renforcement des abdominaux.

Dans les 2 types de pubalgie on peut retrouver aussi bien une douleur ou une gêne fonctionnelle dans la pratique sportive, que dans les activités quotidiennes.

Le diagnostic médical et différentiel

Concernant le diagnostic médical, il est fait grâce à : 

  • l’examen clinique, consiste pour le docteur ou le kinésithérapeute à palper, à la recherche d’une douleur, la symphyse pubienne au niveau de l’insertion des muscles adducteurs et des muscles abdominaux et les orifices inguinaux (au niveau de l’aine). Le spécialiste réalisera également des tests musculaires de contraction et d’étirement des muscles adducteurs et abdominaux pour confirmer ou non son diagnostic. Ces tests sont également réalisés pour les muscles psoas, ischio-jambiers, quadriceps, rotateurs de hanche afin d’éliminer d’autres origines de la douleur. 
  • les imageries médicales complémentaires : radiographie, échographie et IRM.
    Lors de ces examens complémentaires, on peut retrouver 3 types de lésions des muscles adducteurs dans cette pubalgie du sportif : 
  • l’enthésopathie (tendinopathie d’insertion) des muscles adducteurs
  • la tendinopathie du corps du tendon
  • la tendinopathie de la jonction myo-tendineuse (entre le muscle et le tendon)

 

Lors du diagnostic, le médecin devra bien faire son diagnostic différentiel, c’est-à-dire vérifier qu’il ne s’agit pas d’une autre pathologie comme : 

  • Une pathologie de la hanche
  • Une lésion musculaire aiguë des muscles adducteurs ou abdominaux
  • Une fracture de fatigue
  • Un déficit de mobilité vertébrale
  • Un rhumatisme inflammatoire chronique comme la spondylarthrite ankylosante (SPA)
  • Une pathologie inflammatoire aiguë
  • Une pathologie neurologique

Qui aller voir pour une pubalgie ?

Dès les premiers signes de douleur ou de gêne nous vous recommandons d’aller consulter au plus vite un médecin du sport qui saura faire face à votre blessure. Il établira son diagnostic comme nous venons de le voir juste au-dessus et pourra prescrire si besoin des examens complémentaires. Ces derniers permettront d’identifier précisément la ou les structures lésées et le médecin pourra alors vous orienter vers votre kinésithérapeute du sport pour une prise en charge avec prescription, mais aussi vers un podologue du sport ou un ostéopathe.

Quel est le meilleur traitement pour guérir d'une pubalgie ? La kinésithérapie ?

Dans toutes les formes de pubalgie la rééducation par un masseur kinésithérapeute fait partie du traitement médical à privilégier avant tout les autres.

En rééducation, il n’y a pas de remède miracle, mais il existe le protocole d’Hölmich qui, depuis 1999, est la référence dans la prise en charge des pubalgies des adducteurs ou de la zone inguinale (qui sont les plus fréquentes).

Ce protocole a pour objectif de réduire les tensions musculaires sur le pubis dans un premier temps, puis de renforcer les muscles stabilisateurs du bassin (pelvis).

On retrouve 3 phases chronologiques dans la rééducation.

Phase 1 : en post traumatique, lors de la période douloureuse

Objectif de votre kiné du sport : diminuer les tensions musculaires au niveau de la zone douloureuse.

Pour y répondre, il utilisera des techniques manuelles comme le massage, les mobilisation articulaires ou des outils comme le crochetage, le dry needling ou les ventouses (cupping).

Votre masseur-kinésithérapeute réalisera également des étirements des muscles s’insérant sur le bassin (psoas, ischio-jambiers, adducteurs, fessiers et quadriceps). Il vous apprendra à les réaliser pour que vous puissiez vous étirer chez vous afin d’accélérer le relâchement musculaire.

Le travail en balnéothérapie est à ce moment là très intéressant puisqu’il permet une détente musculaire plus rapide.

Au bout de quelques jours de rééducation, quand la douleur commence à diminuer, votre kiné pourra réaliser un massage transversal profond, dans un but antalgique, anti-inflammatoire et anti-raideur.

Vous pourrez tout de même garder une activité physique légère à l’unique condition de ne pas provoquer de douleur. Nous vous conseillons donc le vélo (avec très très peu de résistance) ou la natation (sans provoquer de douleur pendant ou après la séance).

Phase 2 : dès que les douleurs ont bien diminué

Le rôle principal du kinésithérapeute est de vous aider à récupérer toutes vos capacités après l’épisode traumatique. 

C’est à ce moment-là que l’on introduit le travail actif de renforcement musculaire progressif.

Au programme :

  • Renforcement musculaire, et ce sans douleur, des muscles abdominaux et plus précisément du muscle transverse et des obliques principalement, mais aussi du grand droit de l’abdomen.
  • Renforcement musculaire des muscles du bas du dos : les muscles spinaux et les carrés des lombes.
  • Renforcement musculaire des adducteurs, uniquement en excentrique dans un premier temps.
  • Travail de proprioception (équilibre) du tronc et de l’appui sur une seule jambe.

 

Dans certains cas, votre médecin peut vous demander de repasser une imagerie (souvent une IRM) durant la rééducation pour suivre l’évolution.

Renforcement musculaire

Phase 3 : la reprise progressive du sport après la pubalgie

Vous devez avoir l’aval de votre médecin du sport et de votre kiné du sport pour reprendre progressivement la route vers les entraînements. Ils réaliseront des tests qui ne doivent pas déclencher de douleurs pour vous donner le feu vert ! À ce moment-là, vous ne devez plus ressentir de douleur lors des mouvements sportifs.

Tout comme lors de la reprise du renforcement musculaire, la reprise des entrainements devra se faire progressivement ! Il est évident qu’au début vous n’allez pas shooter dans un ballon le plus fort possible au premier entraînement, ou que vous allez sprinter de toute votre vitesse, on est bien d’accord ?!

Grâce à votre coach sportif, kiné du sport et ou préparateur physique vous allez pouvoir :

  • ajouter progressivement une amplitude de mouvement plus importante
  • augmenter la vitesse de vos déplacements et de vos gestes sportifs
  • passer d’une course en ligne droite à des changements d’appuis
  • combiner tous ces paramètres en les intégrant dans les mouvements spécifiques de votre sport

Un point clé à ne surtout pas omettre dans votre rééducation de pubalgie : l'auto-rééducation

programme rééducation pubalgie exercice kiné paris carea

En effet, plus vous réaliserez d’exercices de votre côté, quelque soit la phase dans laquelle vous êtes, plus vous progresserez vite et plus vite vous guérirez. C’est ce que vous voulez non ?

C’est ainsi le meilleur moyen de retrouver la voie de l’entraînement. Alors soyez acteur de votre rééducation, suivez bien les conseils de votre kinésithérapeute du sport et votre pubalgie ne sera plus qu’un lointain souvenir.

Programme d'exercice de rééducation pour votre pubalgie

Semaine 1 à 3

Exercice de mobilité : 

  • Etirement des muscles adducteurs assis ou debout
  • Travail de mobilité de hanche en rotation externe et interne : Variante 90/90

 

Exercice de renforcement musculaire :

  • des adducteurs en isométrique (sans mouvement) (exemple d’exercice : sur le dos, genou plié, avec un objet entre les genoux, vous serrez les deux genoux)
  • des abdominaux : Deadbug en statique
  • des membres inférieurs et grands fessiers : Squat

Semaine 4 à 6

Exercice de mobilité : 

  • Etirement des muscles adducteurs assis et debout et en version Pancake

 

Exercice de renforcement musculaire :

  • des adducteurs et du quadriceps : Cossack Squat
  • global de la hanche

 

Exercice de proprioception :

  • Equilibre sur un pied, balancez l’autre jambe dans différentes direction pour vous déstabiliser
  • Sauts sur une jambe de face, de côté, avec des rotations. Pensez à bien stabiliser lors de la réception de chaque saut

Semaine 7 à 10

Exercice de renforcement musculaire :

  • du quadriceps : Step Up
  • des adducteurs
  • des abdominaux : Sea Walk
  • global de la hanche

 

Exercices de proprioception : 

  • Saut sur une jambe, y ajouter des hauteurs différentes, une vitesse d’exécution plus rapide et variez toutes les possibilités (direction, rotation, vitesse, hauteur…)

Dans quels cas faut-il penser au traitement médicamenteux ou chirurgical ?

Dans le cas d’une pubalgie, même si la kinésithérapie reste l’élément le plus important de votre guérison, votre médecin peut vous prescrire :

  • des antalgiques ou des anti inflammatoires non stéroïdiens (en cas de douleurs trop importantes)
  • des décontracturants musculaires (en cas de tensions musculaires ne diminuant pas assez vite)
  • de la mésothérapie (technique médicale d’injections ciblée pour diminuer la douleur et l’inflammation directement sur une zone précise)

 

En cas d’échec du traitement médicamenteux et de la rééducation (quand votre pubalgie n’évolue pas assez passé 3 mois), votre médecin du sport vous conseillera l’opération chirurgicale.

On retrouve majoritairement :

  • Pour la pubalgie des adducteurs : la ténotomie des adducteurs. Il s’agit d’un geste chirurgical d’allongement du tendon du muscle long adducteur.
  • Pour la pubalgie pariéto-abdominale : la technique Shouldice modifié, qui consiste à rétablir la balance musculaire, à renforcer les parois par suture et à réparer les lésions.

 

Un autre cas peut laisser le médecin vous proposer un traitement chirurgical et ce dès votre blessure : lorsque l’étendue de la lésion est trop importante.

Que faire en prévention pour éviter la récidive de la pubalgie ?

prévention publagie remede miracle échauffement football

Il n’y a pas de secret, pour éviter la récidive de votre pubalgie, il faudra veiller à :

  • prendre le temps de vous échauffer. Non, on ne s’échauffe pas en 1 minute ! Prenez quelques minutes de plus pour travailler votre amplitude de mouvement et faire « chauffer » vos muscles progressivement en les activant.
  • s’échauffer efficacement. Oui, ce n’est pas parce que vous vous échauffez pendant 30 minutes que vos adducteurs sont prêts pour l’effort ou le mouvement auxquels vous allez les confronter. Vous devez vous échauffer spécifiquement pour l’activité que vous allez faire et donc intégrer des mouvements en amplitude et de la force / vitesse progressivement.
  • s’étirer la région du bassin. Adducteurs bien évidemment mais aussi ischio-jambiers, quadriceps, fessiers et abdominaux. Programmez des séances d’étirements à distance de vos entraînements et veillez à varier les modes d’étirements (étirements dynamiques et étirements statiques, étirements actifs ou étirements passifs).
  • renforcer tous les muscles de la région pelvienne. Il s’agit donc de renforcer les muscles adducteurs, psoas, ischio-jambiers, quadriceps, fessiers, rotateurs externes de hanche, spinaux et carré des lombes. Même si vous sortez d’une période de renforcement musculaire intense, veillez à entretenir tous les acquis en programmant plusieurs fois par semaine des séances de renforcement musculaire. 

 

Cela paraît simple en apparence, mais malheureusement c’est en négligeant un de ces aspects que vous risquez de vous blesser à nouveau. Alors on compte sur vous pour ne rien oublier.

Vous avez une pubalgie et souhaitez bénéficier de conseils pour vous remettre de votre blessure ou optimiser vos performances ? Découvrez notre cabinet CAREA ! Nos kinésithérapeutes du sport sauront vous orienter.
 
cabinet kiné du sport balnéothérapie piscine CAREA Paris 8

CAREA PARIS 8

76 Boulevard Malesherbes, Paris 8e
RdC droite, dans le hall  

Balneotherapie kine cabinet à paris 14 balneo piscine ostéopathie

CAREA PARIS 14

21-25 Av. Porte de Châtillon, Paris 14e
Institut du Judo, fond allée Bât. gauche